Le savoir-faire vivra, tant que vivra... la transmission !

Rencontre d'une artisan en maroquinerie et de son apprentie

25 mars 2022

maroquinerie francaise made in france

Vous êtes-vous déjà demandé(e) à qui sont ces mains qui fabriquent les objets que vous  portez / utilisez au quotidien ?

Par exemple, ces mains-là, à qui sont-elles ?

maroquinerie francaise made in france

Photo prise dans les ateliers de maroquinerie LEON FLAM

Elle s'appelle Elodie

On se doute que vous n'êtes surement pas très physionomistes des mains, donc on vous aide un peu en vous présentant Elodie. Elle a 36 ans et est arrivée chez LEON FLAM en 2017, aux tout débuts des ateliers, créés il y a 6 ans en Indre-et-Loire

maroquinerie francaise made in france

Elodie

Chez LEON FLAM, on pense qu'il est très important de retisser le lien entre ceux qui fabriquent vos objets de leurs mains en France, et vous qui en tombez amoureux et décidez de faire un bout de chemin avec eux.

On vous propose donc de vous plonger dans la vie quotidienne d'Elodie, Prototypiste et responsable du Bureau d'études chez LEON FLAM, et de son apprentie Louise, arrivée depuis quelque mois pour apprendre à ses côtés. Ce premier article a pour but de vous présenter nos 2 passionnées, maître et apprentie, professeure et élève.

Recevoir, puis donner à son tour

Elodie, la transmission, elle connaît bien. Peut-être déjà parce qu'elle a elle-même eu la chance d'être formée dès son arrivée au sein des ateliers LEON FLAM, ce qui lui a permis de passer d'Artisan à Prototypiste en quelques années, et de prendre des responsabilités dans l'atelier.

Parce que transmettre, c'est aussi donner la chance à d'autres de tomber amoureux d'un métier qu'Elodie décrit elle-même comme  « magnifique ». Elle a reçu d'autres artisans tout ce qu'elle sait, son savoir-faire et ses secrets, qu'elle prend plaisir à transmettre à ses apprentis au quotidien. Ça fait près de 3 ans qu'elle prend des apprentis sous son aile.

maroquinerie francaise made in france

«  Je prends beaucoup de plaisir à donner mon savoir-faire et à apprendre d’eux. Parce qu'ils m’apportent aussi des choses de l’école. Donc on apprend toutes les deux et ça garantit un savoir-faire qui va rester. »

Louise, jeune Padawan exemplaire

Louise, 21 ans, est l'apprentie d'Elodie chez LEON FLAM. Elle a fait un bac pro en tapisserie d'ameublement pendant 3 ans suivi d'1 an à la Fac en Histoire des arts. Elle vient d'une famille de maroquiniers qui lui ont transmis  « cet amour pour le travail du cuir ».

maroquinerie francaise made in france

La baguette choisit son sorcier, et le maître artisan choisit son apprenti. Les qualités recherchées par le maître chez son apprenti sont au final assez personnelles. Elodie par exemple recherche  « quelqu'un de calme, minutieux, discret et souriant.  Avec une grosse détermination à continuer ce métier, à apprendre un maximum de choses, et que l'élève dépasse le maître comme on dit ».

Louise réunit apparemment toutes ces qualités, et Elodie lui transmet « tout naturellement » les gestes de la maroquinerie. Ça commence par des petites tâches, pendant lesquelles « on leur fait voir l'importance de chaque détail, de chaque millimètre », puis l'apprenti va s'entraîner à refaire encore et encore les gestes pour comprendre l'importance de la précision. 

«  Lorsqu’on n'a pas du toutes les bases du métier, c’est très long à apprendre. Mais avec un super maître d’apprentissage, on arrive à tout. »

maroquinerie francaise made in france

Un sentiment de fierté indescriptible

Elodie parle de « lien très particulier » lorsqu'elle évoque la relation maître / apprenti. Un lien qui renforce la fierté de voir celles et ceux à qui l'on a transmis tout ce que l'on sait réussir à créer leurs premiers objets. 

« Quand je leur vois monter leurs premiers produits tout seul, je suis fière, fière d’eux et de ce qu’ils savent faire après. »

De son côté, Louise aussi est fière de réussir à donner vie à un produit de a à z, elle trouve que « c’est gratifiant de voir un tout petit projet sur une feuille puis de le voir en réel sur notre table, fini. C’est vraiment gratifiant de travailler comme ça. »

« Au moment de partir chez le client  pour lui montrer les produits, on est tous fiers. Fiers de notre travail, fiers d'être une équipe et d’avoir travaillé tous ensemble. »

Tout plaquer et devenir artisan ?

Si jamais cet article vient de résonner en vous comme une véritable révélation, voici quelques ressources pour mettre un premier pied dans le métier et commencer à apprendre : 

- Elodie conseille de faire le tour des entreprises et de se déplacer directement en demandant si elles prennent des stagiaires ou des apprentis. " La maroquinerie se développe pas mal en ce moment avec le luxe. Dans toute la France, il y a beaucoup d’ateliers qui recherchent des apprentis ".

- Vous pouvez aussi retrouver les formations pour devenir artisan, prototypiste ou autre sur le site de savoir pour faire ici

Aujourd’hui en France, il y a plus que jamais la nécessité d’assurer la relève de ces métiers d’exception. Plusieurs moyens de chacun y contribuer à notre petite échelle :
- Rejoindre les rangs de ceux qui apprennent puis passent le savoir à leur tour
- Soutenir les ateliers de maroquinerie comme le nôtre qui permettent la survie du savoir-faire artisanal, en investissant dans des objets d'exception, passés par les mains expertes d'artisans minutieux qui leur confèrent leur qualité remarquable. 

Merci à la plateforme "savoir pour faire" d'avoir recueilli dans nos ateliers les témoignages qui ont servi de base à cet article

Sources :
PODCAST DE SAVOIR POUR FAIRE (2022)

DÉCOUVRIR LE TRAVAIL DES ARTISANS LEON FLAM

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire pour nous dire si cet article vous a permis d'apprendre de nouvelles choses ou pour simplement exposer un point de vue différent.

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published