escale-0-2 1926. Le vrombissement devient de plus en plus pressant quand,  tout à coup, un Breguet 14 surgit des dunes et échappe de justesse, sous les yeux effarés des bédouins, aux pillards Maures qui tentaient de capturer son pilote.
 
1928. Un Latécoère 26 s’élance dans la nuit à Rio, atterrit à Santos, avant de repartir et de voler tout le jour, sur une distance totale de 2500 km, jusqu’à Buenos Aires. On disait que c’était impossible, que seul un oiseau nocturne aurait pu réussir.
 
1930. Un pilote de 29 ans relie Saint Louis du Sénégal à Natal en Amérique du Sud et prouve par ce vol héroïque de plus de 21h qu’il est tout à fait envisageable à l’aviation civile de joindre un continent à l’autre.

Leurs motivations ? Une passion commune, presque une religion, que leur inculque Didier Daurat, le directeur d’exploitation de l’Aéropostale : le courrier. C’est pour lui que chaque jour des pilotes risquent leur vie, qu’ils se lancent dans l’inconnu à bord d’avions instables, carlingue ouverte, à la merci des pires conditions climatiques. C’est pour lui qu’ils se dépassent à chaque instant, s’oubliant au seul mot d’ordre : aucun délai ! Jean Mermoz, Henri Guillaumet, Antoine de Saint Exupéry et tant d’autres ont, pour lui, mis leur vie en jeu.

 

De 1919 à 1936, des centaines de jeunes pilotes partent à l’assaut du ciel en arborant fièrement les couleurs de l’Aéropostale. Ils survolent les déserts et les jungles, au mépris du danger, pour établir des liaisons durables avec, bien souvent, un bagage LEON FLAM à leur pieds. Étape par étape, ils bravent l’impossible pour créer de toutes pièces le premier réseau d’aviation transatlantique de l’histoire.

VOIR TOUS LES ARTICLES DANS CARNET DE VOL >